Archives de catégorie : Patrimoine

Tout ce qui appartient à l’île-Grande et lui donne son caractère

Les granit(e)s de l’île-Grande

L’île-Grande et ses îlots présentent des granites aux couleurs et à l’aspect différent.

GRANITE BLEU, BLANC ou GRIS

Le cœur du massif granitique de l’île-Grande se compose de granites à grain fin, de couleur claire (gris, blancs, bleutés) appelés “granites gris de l’île-Grande

blanc, bleu, 1 mica

A l’Ouest et au Nord de l’Île Grande : granite gris-blanc à grain relativement fin, particulièrement riche en muscovite qui voisine avec un autre mica, la biotite. Ce granite gris clair à deux micas est qualifié de leucogranite.

biotite et muscovite expli
De nombreux blocs de granite à deux micas, de toutes dimensions, jonchent l’estran. L’érosion marine les a modelés en énormes galets (beaux galets blancs non loin du mur de la carrière de Kastell-Erek).

galets blancs

A l’Ouest, à quelques centaines de mètres de la maison de la LPO, l’ancienne carrière de Kastell-Erek, derrière l’épais mur*, granite gris-bleuté à un seul mica, la biotite.

*Le contact entre les deux granites de l’Île Grande peut s’observer à marée basse sur la surface plane rocheuse (platier rocheux) en contre-bas du mur de la carrière de Castel Erek.

Carrière de Kastell Erek : granites bleu et gris,
Carrière Brinterc’h : granite bleu,
Carrière (Roïc) (proche de l’Allée Couverte) : granite bleu,
Kastell Enez Vran (Le corbeau) : granite bleu à mica noir ou gris
Toul ar Staon : granite très riche en mica blanc ainsi qu’à la Pointe de Kastell Erek
Cependant, en partie haute, ce granite a une teinte jaune due à l’altération, alors que les blocs extraits plus bas sont parfaitement blancs.
Îles de l’est : Ile Morvil granite bleu…

GRANITE DU GRIS AU ROSE

Les îles de l’ouest  : Agathon : Granite type Canton (ou Agathon) : grain assez fin, couleurs allant de gris à rose dit ” granite à grain moyen intermédiaire “.

Type canton

Pourquoi le granit île-grandais

Ils ont longtemps préféré

LE GRANIT DE L’ÎLE-GRANDE

ET SON ARCHIPEL !

En voyant le superbe massif granitique de Ploumanac’h, on se prend à rêver à la côte rocheuse d’Enez Veur avant l’extraction intensive.

MAIS POURQUOI DONC L’ÎLE-GRANDE ?

QU’EST-CE QUI A MOTIVÉ CARRIERS ET  BÂTISSEURS

À  PRÉFÉRER  SON GRANIT(e) ?

 

  1.  L’importance du gisement de granit : celui du littoral de l’île grande et de ses nombreux îlots inhabités (les contraintes sociologiques étaient quasi-inexistantes) ;

2. La facilité d’extraction : Sur l’estran, la roche est à l’air libre. L’effet des marées l’a débarrassée de son « perré » (arène granitique).  L’extraction peut ainsi rapidement commencer.  Sur l’île et les îlots, les roches sont à fleur de terre ;

3. Le grand nombre de mouillages* possibles car l’amplitude des marées est importante  ;* même si l’endroit est périlleux, les bateaux peuvent s’approcher de la côte pour charger les pierres

4.  La diversité des couleurs de ses roches : la palette de couleurs offre des teintes du blanc au gris, au bleuté, au bistre.

5. La qualité de la roche : homogénéité, résistance à l’écrasement, façonnable aisément : elle est utilisée en pierre de taille car la pierre est sans défaut ;

6.  L’existence de diaclases tantôt rapprochées (permettant d’obtenir de petits blocs), tantôt horizontales et suffisamment espacées (pour l’exploitation en gradins de blocs importants). Les fissures ne sont pas toujours visibles à l’œil nu mais les carriers, intuitivement, les devinent.

7. Le coût du transport de la pierre par voie maritime est, pendant des années, moins élevé que par la route.

Cela changera par la suite

et causera le déclin des carrières île-grandaises…

Depuis l’allée couverte de l’Île-Grande, quarante siècles d’exploitation du granite se sont écoulés.

À partir du XIIème siècle, les édifices religieux sont construits en granite. Les pierres  sont transportées par mer (Bricks, goélettes, gabares). Mais la navigation autour de l’île-Grande est périlleuse en raison des nombreux écueils.

En 1895 à la demande d’Alexandre Godel, un pont relie l’île à la terre.

Il faut attendre 1907 pour qu’un quai d’embarquement soit  construit à Saint Sauveur (par les carriers) et permette l’embarquement des blocs de granit, sur bateau.  Peu à peu les îles en sont pourvues.

Après la seconde guerre mondiale, un changement considérable s’opère dans la construction, la voirie et  les grands  travaux  routiers :

  • Le béton armé, le parpaing l’emportent sur la maçonnerie en pierre.
  • L’asphalte recouvre les pavés ; si  ceux-ci reviennent  peu à peu recouvrir les rues piétonnes, ils sont importés de l’étranger en raison de leur coût beaucoup moins élevé
  • Les bordures des trottoirs sont aujourd’hui en béton moulé !
  • Le granit, élément de décoration (éviers, tables de travail, cheminées, bancs,  est importé.

Le déclin des ventes de granit,  la concurrence, les normes de sécurité et d’environnement (contraintes d’urbanisme, de  protection de la nature…), les avancées sociales en matière de salaire,  de congés entravent grandement la capacité d’investissement des patrons carriers en matériel d’extraction de la pierre (la mécanisation a continué de progresser et les techniques se sont modernisées).

En  1989, l’activité d’exploitation du  granit cesse à l’Ile Grande (une seule exception sur l´île Agathon où elle continue encore peu  de temps).

C’est  en 1990 que ferme la carrière Roïc, dernière carrière de l’Ile Grande.

Les marées, les mortes et vives-eaux

Les marées sont créées par soleil, et surtout la lune qui attirent l’eau des océans de la Terre.  C’est un cycle lié au mouvement des planètes et à leur force d’attraction l’une sur l’autre.

Les marées de vives-eaux – Les marées de mortes-eaux

Schémas des marées par rapport aux phases de la lune

Glossaire –  Liens utiles

1. Les vives-eaux

Marée de vives-eauxDans le mouvement circulaire des planètes, il arrive un moment où les trois planètes sont parfaitement alignées. C’est à ce moment-là que l’attraction est la plus forte car les attractions de la lune et du soleil s’exercent dans le même sens sur la terre. C’est la période des fortes marées.

Les vives eaux correspondent, toutes les deux semaines, à l’alignement Lune, soleil, terre. Les marées de vives eaux sont celles des hautes mers très hautes et des basses mers très basses.

Elles atteignent leur niveau maximal au printemps et en automne lors des    ➡   marées d’équinoxe.

Seules les masses d’eau gigantesques subissent l’attraction de ces astres. (Un grand lac ou une petite mer n’ont pas de marée ; ex. :la Méditerranée n’a pas de marée).

2. Les mortes-eaux

Elles alternent avec les vives eaux tous les 15 jours quand les trois planètes forment un angle droit, leurs attractions se contrarient. La mer ne monte pas très haut et ne descend pas très bas.

La hauteur de la marée est à peu près inférieure à la moitié de celle des vives eaux.

Il y a une à deux marées par jour selon les périodes et les positions des astres Lune et Soleil.

3. Les marées de vives et mortes eaux et les phases de lune

Les phases de la lune

phases lunaires

Marée de vives-eaux en nouvelle lune

Vves eaux NL

Marée de mortes-eaux en 1er quartier

Mor. eaux 1Q

Marée de vives-eaux en pleine lune

Vves eaux PL

Marée de mortes-eaux en 2ème quartier

Mor. eaux 2Q

Les marées d’équinoxe

Les marées atteignent leur niveau maximum au printemps et en automne: il s’agit alors des marées d’équinoxe.

Le passage du soleil dans le plan de l’équateur terrestre renforce son influence sur les mouvements des mers. La lune se retrouve dans le même axe que celui du soleil.

L’attraction exercée par les deux astres sur les mouvements des mers s’additionne.

Les marnages (différence entre pleine mer et basse mer successives) sont largement plus élevés que le reste de l’année.

La nuit et le jour ont la même durée à cette période de l’année.

équinoxe

cliquez sur le lien ci-dessous pour en savoir plus :

   ➡              équinoxes et solstices de 2016 à 2019

 

4. Quelques termes à connaître

Amplitude

Différence entre la hauteur d’une pleine mer (ou d’une basse mer) et le niveau moyen. Ce terme est souvent utilisé à tort pour désigner le marnage.

Basse mer

Niveau le plus bas atteint par la mer au cours d’un cycle de marée

Coefficient de la marée

Ampleur de la marée par rapport à sa valeur moyenne exprimé en centièmes (valeur comprise entre 20 et 120 en France). Il indique l’importance de la marée.

Le coefficient et l’heure des marées ne sont pas les mêmes selon l’endroit où l’on se trouve.
Plus le coefficient est élevé plus la mer est haute. Son courant qui entre dans les embouchures des fleuves les empêche de s’y déverser comme à l’accoutumée.

Coefficient de 20 : la plus faible marée possible
Coefficient de 45 : morte-eau moyenne
Coefficient de 70 : séparation entre vive-eau et morte-eau
Coefficient de  95 : une vive-eau moyenne
Coefficient de 100 : une vive-eau équinoxiale moyenne
Coefficient de 120 :  la plus forte marée possible
Source : Blogspot « trucs bizarres »

Courant

Déplacement horizontal d’eau de mer dans une direction et avec une certaine vitesse

Estran

Bande côtière comprise entre les niveaux atteints par les plus hautes mers et les plus basses mers, émergée puis submergée

Étale

Temps pendant lequel le niveau de la mer reste sensiblement stationnaire.

Hauteur d’eau

Connaître la hauteur d’eau a un grand intérêt lorsque l’on navigue, elle peut être utile pour savoir, par exemple, à partir de quelle heure il est possible d’entrer dans un port sans que la quille touche le fond !

Laisse

Trace au sol laissée par la pleine mer ou la basse mer

Marée

Mouvement  du niveau de la mer, dû aux effets de l’attraction exercée par la Lune et le Soleil

Marnage

Différence de hauteur entre une basse mer et une pleine mer successives

Morte-eau

Période pendant laquelle le marnage passe par un minimum

Pleine mer

Niveau le plus élevé atteint par la mer au cours d’un cycle de marée

Quadrature

Position de la Lune et du Soleil quand leurs directions par rapport à la Terre forment un angle droit

Vive-eau

Période pendant laquelle le marnage passe par un maximum.

Zéro hydrographique

Niveau le plus bas que peut théoriquement atteindre la mer, c’est-à-dire niveau de la basse mer d’une marée d’un coefficient de 120.

Hauteur de marée

Indiquée par rapport au zéro hydrogra-phique

5. Les liens indispensables aux île-Grandais

Horaires, hauteurs et coefficients de marées (île-Grande, Trébeurden)
Windguru (Prévisions météo site de l’île-Grande : vent, vagues, température, précipitations)

 ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

L’île-Grande, son rivage et la mer…

Le sentier des douaniers de l’île-Grande longe des rivages (baignés par les marées)  aussi sauvages que variés : côtes rocheuses plus ou moins élevées, dunes, prés salés, marais dont la faune et la flore sont remarquables.

Le vent souffle de la mer sans que de réels obstacles ne l’empêchent de chaparder aux vagues des gouttelettes salées.

Sur le trait de côte, les végétaux se sont installés selon leur capacité d’adaptation et leurs besoins vitaux (humidité, salinité, battement des vagues, luminosité, température, abris…).

En fonction du jeu des  ➡ marées, plusieurs « étages » sont déterminés par les scientifiques.

➡  le phénomène des marées

Dans chacune de ces zones vivent des plantes et des animaux différents.

Source : Wikipédia

La partie supérieure de la côte :

les étages “adlittoral” et “supralittoral”

L’étage adlittoral est la partie la plus haute, c’est la “zone des embruns“.

La terre de la partie supérieure est retenue par les racines des plantes qui y poussent.

Ces plantes supportent le sel (plantes halophiles ou halophytes) ; elles ont la capacité à se développer dans un sol pauvre.

Pour être capables d’affronter les vents, elles ne poussent pas trop haut ! Elles sont souvent rampantes et forment fréquemment des touffes.

Certaines plantes de l’étage “adlittoral” choisissent de s’établir dans les rochers, pourtant, le vent assèche rapidement la pluie qui s’y écoule. Alors, leurs feuilles charnues gardent l’eau de pluie en réserve !

L’étage supralittoral se situe généralement au-dessus du niveau des plus hautes marées, reçoit les embruns ou les plus hautes vagues des tempêtes ; cette partie peut être submergée lors des pleines mers de vives eaux (Coefficient de  90 à 105).

La limite de cet “étage supralittoral” est marquée par les colonies de balanes.

Le balane est ce petit crustacé marin qui se colle aux rochers dans sa coquille. Pas seulement aux rochers d’ailleurs ! Car il colonise coques des bateaux et objets immergés… d’où l’emploi de peintures qui empêchent les jeunes balanes de s’y fixer (peintures anti-fouling).

balanes

La liste ci-dessus est incomplète car elle ne comporte que les plantes photographiées depuis avril  entre Toul Enez et Rulosquet.

Vous pouvez visionner et/ou télécharger les fiches de ces plantes en cliquant sur le lien ci-dessous :

 ➡      Petit herbier virtuel d’Enez Veur

Puis les lichens colorent les roches de taches brun, jaune orangé, vert pâle, gris ou noir.

Ils résistent bien aux embruns.

Ces mêmes roches abritent des plantes déjà rencontrées dans la partie haute du rivage.

Lichen

      (lire l’article de Vivarmor nature)

Forme des taches orangées sur les rochers (au-dessus de la limite formée par le “verrucaria “)

Ramaline des rochers

Dans la zone qui reçoit les embruns (au niveau de l’étage supralittoral)

Verrucaria

Bande noire qui recouvre les rochers  au niveau de la limite de la pleine mer de mortes eaux (il est parfois pris pour du goudron !)

 ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥