Archives de catégorie : Histoire

Les mystères de l’île Aganthon

 

 

Deux croix antiques, sont les vestiges possibles d´un très ancien lieu d´inhumation…

 

Une chapelle serait enfouie sous la dune…

Comment expliquer  “le touchant symbolisme de la dévotion à Saint André” ?

Ce saint, qu’on invoquait contre la toux des enfants, avait une chapelle à l’île Canton, en Pleumeur-Bodou, et qui datait du temps que l’île était rattachée à la terre ferme avec le reste de l’archipel : la chapelle s’étant effondrée, on transporta la statue du saint dans une autre église du littoral ; mais il restait une croix dans l’île.

NB – Charles Le Goffic ignore donc qu’il y avait trois croix !

On continua d’y honorer le saint de la façon suivante : quand un enfant était atteint de coqueluche, on chargeait un pauvre de se rendre chez trois veuves de la paroisse et de quêter chez chacune un morceau de pain. Après quoi, le « pèlerin par procuration » se rendait à l’île et déposait sur le socle du calvaire les trois morceaux de pain en récitant trois pater et trois ave. L’oppression du petit malade diminuait aussitôt, quand elle ne cessait pas sur l’instant.

L’âme bretonne   E  (Charles Le GOFFIC – 1902)

Quant à Félix Le Dantec, voici ce qu’il rapportait :

“J’ai constaté récemment, chez mes voisins de campagne à Pleumeur-Bodou, une superstition vraiment intéressante au sujet de la valeur des mots.

Dans une île de la côte, l’île “Agathon” ou à “Canton”, a existé naguère un sanctuaire de Saint André (en breton Andréo) dont il reste encore quelques vestiges ; on y va en pélerinage pour la guérison de la coqueluche parce que le mot coqueluche :”dréo” précédé de l’article “ann” fait “ann dréo” qui se prononce comme le nom du saint.

Agathon ? Canton ?

Il est bien compliqué de s’y retrouver entre les différentes appellations de l’île :

  • certaines semblent conserver une même origine bretonneAganthon“, “Aganton“, “Canton” ;
  • D’autres sont plus fantaisistes comme « à Canton » ou « du Canton »  ! Les géographes l’ont diversement nommée selon les époques et l’on ne peut se fier qu’à une retranscription approximative de son nom (les lieux leur étaient rapportés phonétiquement par des étrangers à la région qui, le plus souvent, n’avaient aucune connaissance du breton).

Agathon“, “Aganton“, Canton

Pourquoi ne pas faire un rapprochement

  • avec le nom de cette localité proche de Guingamp : Saint Agathon  (Zant Eganton en breton)

 “il s’agit du nom d’un saint ermite* du XIe siècle Winganton, dit “Gwéganton“, “Gwenganton” ou “Néganton“, qui aurait vécu dans les bois de Malaunay. “Patrimoine des Communes des Côtes d’Armor” Éd. Flohic (1998),

(* à ne pas confondre avec un pape du VIIe siècle né à Palerme)

  • ou avec Saint-Ganton (Sant-Weganton) qui a donné son nom à une commune du sud de l’Ille-et-Vilaine.

Au tout début du XIe siècle, les religieux bénédictins de l’abbaye de Saint-Méen fondent un prieuré sur le territoire de Pipriac (Ille-et-Vilaine).

Ce prieuré est placé sous le patronage de saint Gwenganton (abbé et restaurateur de Saint-Méen, de 1008 à 1040).

D’après le rapport de J.P. Pinot “L’évolution du littoral autour de la baie de Lannion et sur la Côte de Granit Rose”, 1993.

Le nom d’Île Aganton proviendrait de l’existence d’un lieu de culte dédié à saint Aganton, qui aurait été remplacé par une chapelle  E dédiée à Saint André, située selon les recherches du colonel Pérès, à l’endroit où subsistent aujourd’hui deux croix en pierre, en partie ensablées sous la dune, au milieu de l’île

Archipel de l’île-Grande

La Tortue

Entre « le Lion » et « le Corbeau », « la Tortue » de granit se prélasse au sommet d’une bande rocheuse !

La rondeur de sa carapace laisse à penser qu’elle a échappé aux pics, marteaux, coins en bois, chanteperces… redoutables armes des carriers.  Autour d’elle, pas un rocher n’a pu s’y soustraire !

L’extraction avait pris une telle ampleur qu’Ernest Renan (dans la Revue des Deux Mondes) a fait part de ses regrets, reflétant également ceux de ses contemporains…

Revue des Deux Mondes, 3e période, tome 94, 

« La Tortue » ne finira donc pas sa vie sur un viaduc, un boulevard ou une cathédrale !

Elle restera là où elle est née, pour nous rappeler qu’avant l’intense extraction de la pierre, les côtes de l’île avaient un tout autre visage et une protection naturelle contre les assauts de la mer.

Si l’on se réfère à la culture celtique, la tortue marine fait preuve d’une grande faculté de survie grâce à sa capacité de sentir les vibrations à travers l’eau.

Elle est aussi la gardienne des portes qui mènent au monde des fées…

Et nous n’en sommes pas loin tant la vieille terre de l’île-Grande recèle de croyances et de légendes…

L’Archipel de l’île-Grande

Qui administre la commune de Pleumeur-Bodou

La réponse à cette question se trouve dans le registre des délibérations du Conseil Municipal de Pleumeur-Bodou, dont Pierre STRNISTE a extrait les passages ci-dessous.

Au 19ème siècle, la commune de Pleumeur est administrée par un Conseil municipal qui “s’adapte” aux divers gouvernements de la France et aux profonds changements de régimes.

Il prête serment de leur être fidèle et obéissant et ne recule devant aucune manière de prouver son attachement !

Le 25 septembre 1814 – Serment d’obéissance et fidélité au Roi

Contexte historique  : Première restauration de la monarchie

Louis XVIII, Roi de France et de Navarre du 6 avril 1814 au 20 mars 1815

À l’invitation de Monsieur le Sous-Préfet de Lannion et sur convocation de Monsieur Le GUILLOUZER, Maire de Pleumeur-Bodou, le Conseil Municipal prêta serment :

« Je jure et promets à Dieu de garder obéissance et fidélité au Roy, de n’avoir aucune intelligence, de n’assister à aucun Conseil et de n’entretenir aucune ligue qui serait contraire à son autorité et, si dans le ressort de mes fonctions ou ailleurs, j’apprends qu’il se trouve quelque chose à son préjudice, je le ferai connaître au Roy »

Mais Napoléon rentre de l’île d’Elbe et…

Le 26 avril 1815Serment d’obéissance aux constitutions de l’Empire et fidélité à l’Empereur

Contexte historique : Second gouvernement de l’Empereur Napoléon 1er Empereur (Du 20 mars 1815 au 7 juillet 1815 – « Les Cent jours »)

Monsieur Le GUILLOUZER, Maire de la commune de Pleumeur-Bodou, à l’invitation de Monsieur le Sous-Préfet de Lannion, fait prêter à son Conseil Municipal le serment suivant :

« Je jure obéissance aux Constitutions de l’Empire et fidélité à l’Empereur »

Or, quelques mois plus tard, Napoléon fut battu à Waterloo et…

Le 1er octobre 1815 – Serment de fidélité au Roi et obéissance aux lois du Royaume

 Contexte historique : Seconde restauration de la monarchie. Louis XVIII est Roi de France et de Navarre (Du 8 juillet 1815 au 16 septembre 1824)

« En vertu de la lettre de Monsieur le Sous-Préfet de Lannion », Monsieur SALAÜN pierre accepta les fonctions de Maire de la commune et prêta serment « de fidélité au Roi et obéissance aux lois du royaume ».

En un an, trois serments différents furent prêtés par ce Conseil Municipal « fidèle et obéissant », mais l’histoire continue et…

Le 25 mars 1821Témoignage de son attachement au régime (souscription pour l’achat de Chambord)

 Les membres du Conseil Municipal de Pleumeur-Bodou

« Voulant offrir à S. A. Royale Monseigneur le Duc de Bordeaux, une marque de son attachement, sont d’avis d’une voix unanime, de souscrire à une somme de soixante-dix francs pour l’acquisition de Chambord, laquelle somme sera prise sur les fonds disponibles de cette commune »

Le 4 août 1835Assurance du dévouement sincère des fidèles sujets du Roi

Contexte historique  : Louis Philippe, Roi des français (Monarchie de Juillet) Du 9 août 1830 au 24 février 1848

 À la suite de l’attentat de Fieschi, du 25 juillet, le Conseil Municipal adresse à sa Majesté Louis Philippe Roi des français, la lettre suivante :

« La nouvelle d’un lâche et horrible attentat dirigé sur votre Majesté et son auguste famille et qui a produit un si funeste effet sur une partie de nos illustrations militaires a ému la population entière de Pleumeur-Bodou.

En conséquence, le Conseil Municipal de cette commune s’empresse de vous témoigner ses sincères regrets et la profonde indignation que lui inspire une pareille crise et vous prie, Sire, d’agréer l’assurance du dévouement sincère de vos fidèles sujets ».

Le 20 mars 1848 – Adhésion au Gouvernement républicain

Contexte historique : IIème République (Gouvernements républicains) – Du 24 février 1848 au 2 décembre 1852

Le conseil municipal de la commune de Pleumeur-Bodou « est d’unanimité d’avis d’adhérer au Gouvernement républiquain » (sic)

Et c’est ainsi que…

Le 3 août 1848

Lors de l’élection du Maire « le citoyen Nompère de Champagny a obtenu la majorité absolue des voix et le président l’a proclamé Maire de la Commune »

Mais, 4 ans plus tard…

Le 2 mai 1852

Monsieur de Champagny démissionne de ses fonctions de Maire car il refusait « ayant prêté, il y a 37 ans, le serment solennel de Chevalier de Saint-Louis » de prêter le nouveau serment prescrit par la circulaire du Préfet

« Je jure obéissance à la Constitution et fidélité au Président »

M. de Champagny fut remplacé dans ses fonctions par Monsieur J. M. SALAÜN qui

 

Le 7 février 1853Serment d’obéissance à la Constitution et fidélité à l’Empereur

Contexte historique : Second empire – Louis Napoléon Bonaparte, Empereur (Du 2 décembre 1852 au 4 septembre 1870)

« Jure obéissance à la Constitution et fidélité à l’Empereur »

Le 5 décembre 1852

Le conseil municipal vota la somme de 150 francs pour « la célébration de la Grande Fête Nationale de Sa Majesté Louis Napoléon III, Empereur des français »

 Somme portée l’année suivante à 216 francs « pour la Grande et Solennelle Fête de l’Empereur ».

Mais, encore plus zélée, se montra l’assemblée municipale quand

 Le 8 août 1859

À l’occasion des victoires remportées par l’armée d’Italie, le conseil adresse à « Sa Majesté Napoléon III, Empereur des français »

La lettre suivante :

« Sire, si Boileau trouvait une matière pour féliciter le Duc de Vivone sur son entrée dans Messine, quel sujet le Conseil Municipal de Pleumeur-Bodou ne trouve-t-il pas pour vous féliciter de la glorieuse conquête que vous venez de faire sur les ennemis de la France, comme un second Xerxès votre bonté s’est exercée à les rendre disciplinablement… »

Le Conseil Municipal, fidèle et obéissant, ne consacrait pas toutes ses séances aux prestations de serments… Il lui arriva donc de trouver d’autres façons de témoigner son attachement au régime.

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Profonds désaccords Ile-Grande-Pleumeur !

Ce travail de recherche est issu du dossier de Pierre STRNISTE (Professeur d’histoire) -réalisé dans les années 70/80- que sa famille a eu la gentillesse de me confier. 

La révolution de 1789 a dépossédé de ses biens la Seigneurie de l’ “Islegrand“.

Pour une bonne partie, les terres cultivées revinrent à leurs exploitants (domaniers, exploitants de convenants  ) cependant que les landes et les pâtures devinrent propriété communale.

Terrains

devenus

propriété

communale

Dès la première moitié du XIXème, un fossé se creuse entre la population île-grandaise et la municipalité de Pleumeur-Bodou : Les intérêts de la population pleumeuroise sont totalement différents de ceux de l’île.

1. Qu’arrive-t-il aux terres île-grandaises devenues biens communaux ?

1830

(19 sept.)

Monsieur Le Coz est installé dans ses fonctions de Maire.

1831

(14 mai)

Des problèmes

concernant les

terrains communaux

commencent à se poser.

« … considérant que les sieurs Marc NICOLAS, cultivateur demeurant à Trébeurden, Pierre DANIEL, batelier demeurant à Pleumeur-Bodou et quelques autres individus ont empiété sans aucune autorisation sur les terrains que possède la commune à l’île-Grande, notamment Pierre DANIEL en s’emparant une portion de terrain dans le Dourlin,

Le Conseil municipal présidé par M. J. L. Le COZ est d’avis que la commune soit autorisée à poursuivre les usurpateurs de terrains communaux. »

1835

(9 mai)

Poursuivre

les individus

qui utilisent les

terrains communaux

À la suite de nouvelles usurpations de terrains communaux, le Conseil,

« … considérant qu’il est urgent de forcer les individus qui se sont permis de s’emparer des biens communs à les rendre à leur vrai propriétaire qui est la commune…

Est d’unanimité d’avis d’autoriser Monsieur le Maire J. L. Le COZ à poursuivre indistinctement tout particulier qui se serait rendu coupable de ce délit ».

1836

(7 mars)

La municipalité

a besoin d’argent

pour reconstruire

le Presbytère de Pleumeur…

Le Conseil municipal

« … considérant que la commune possède des biens communaux dans l’île-Grande qui ne profitent qu’aux habitants de l’île, tandis qu’il est de toute justice que la commune entière en jouisse »

Est d’avis

Qu’il soit vendu à l’île-Grande les terrains communaux dont les plans figuratifs sont joints à la présente délibération, pour ces fonds être employés à la reconstruction du Presbytère ».

Et, en 1838…

Grande braderie…

Les terrains suivants furent adjugés :

  • N° 11 : Crec’h al Lannic
  • N° 31 : Ru Losquet
  • N° 85 : Dour Lin
  • N° 433 : Notenno Bihan
  • N° 485 : Lan Kervoalant
  • N° 568 : Lan Kervegan
  • N° 601 : An Hervirio Bihan
  • N° 708 : Crec’h ar Loët
  • N° 784 : An Herve Illio Bihan

Cliquez sur la carte pour l’agrandir

Tous les terrains communaux situés à l’île-Grande sont vendus, à l’exception toutefois d’ «Enez Toul es Stam» et du cimetière.

Le produit de ces ventes fut-il insuffisant pour assurer la reconstruction du presbytère de Pleumeur-Bodou ? Toujours est-il que le Conseil municipal fit encore les démarches nécessaires auprès du gouvernement pour être autorisé à vendre :

1838 (9 mai)

L’île Canton et de l’île brûlée sont vendues.

1839 (7 avril)

L’île “Toul es Stam” est vendue.

2. La colère des île-grandais

Outrés et furieux de voir ce Conseil brader les terrains que la Révolution avait rendus à la communauté,

les île-grandais demandèrent que l’île-Grande fut détachée de Pleumeur-Bodou.

1842

(22 octobre)

Pleumeur a besoin des engrais de l’île

Pleumeur considère que l’île est privée des bienfaits de la religion

Pleumeur accepte d’ériger l’île en succursale de la paroisse 

Pleumeur refuse de participer aux frais d’entretien

Pleumeur refuse que l’île-grande devienne une commune

 

Réponse à cette requête dans la délibération du Conseil municipal

Le Conseil

« … considérant que cette île ainsi que l’île à Canton et l’île brûlée auxquelles elle donne message ont de tous temps fait partie de la commune de Pleumeur-Bodou et lui sont de toute utilité pour ses engrais qu’elle ne peut se procurer ailleurs, s’oppose pour toujours à ce que ces îles soient détachées pour le civil de Pleumeur-Bodou ;

 Mais considérant aussi que cette île est souvent privée des bienfaits de la religion, tant par la difficulté qu’elle éprouve à communiquer avec la terre ferme dans les mers hautes que par son éloignement du bourg de Pleumeur-Bodou ;

Considérant les sacrifices que M. Bidau, curé de Lannion se propose de faire en faveur de cette érection future, de doter l’île d’un presbytère avec des dépendances suffisantes pour loger convenablement le desservant qui y serait nommé ;

 Considérant d’ailleurs que cette île possède une chapelle et un cimetièrecapables de contenir sa population ;

 Déclare consentir à l’érection de cette île en succursale à la condition expresse que l’entretien du presbytère, de l’église et du cimetière demeure au compte exclusif de la fabrique (1) de cette nouvelle succursale et sans la participation de la commune de Pleumeur-Bodou

 Mais S’OPPOSE POUR TOUJOURS À SON ÉRECTION EN COMMUNE. »

(1) Fabrique : personnes (clercs et laïcs) nommées pour collecter et administre les fonds nécessaires à la construction et à l’entretien des édifices religieux et du mobilier de la paroisse. Les frais d’entretien incombent donc à l’île-Grande !

Ainsi, le Conseil municipal acceptait de se débarrasser des charges que représentaient « les bienfaits de la religion » en proposant l’érection de l’île en succursale.

Pour le civil, l’île restait enchaînée à Pleumeur-Bodou.

Cependant, si le principal empêchement invoqué par la municipalité est de poids, à savoir que le besoin en goémon que les pleumeurois prétendaient ne pouvoir se procurer ailleurs, il est possible que le Conseil n’ait pas exposé, dans sa délibération, toutes les raisons de son « attachement » à l’île-Grande.

Cliquez sur ce lien pour avoir un aperçu de la façon dont la commune était administrée : “Qui administre la commune de Pleumeur-Bodou

1846

(8 juillet)

Un délit d’initié ??? !!!

« … délibérant sur l’exposé fait par le Sieur Jean-Louis Le Coz l’un des membres du Conseil municipal concernant le terrain communal, par ce dernier acheté dans l’île-Grande consistant dans le n° 85 du plan cadastral, sous le nom de Dourlin.

Il avait cru par erreur que le placître dit “de la Croix” en dépendait, et, fondé sur cette croyance, il aurait concédé au Sieur Louis Durand, tailleur de pierres à l’île-Grande, un terrain pour construire pour une somme de cent francs.

Le dit Le Coz, reconnaissant son erreur, se propose de verser entre les mains de M. Le Maire, la dite somme de cent francs. »

Est-il besoin de rappeler que ce Sieur Jean Louis Le Coz, conseiller municipal, avait été maire de la commune de septembre 1830 jusqu’en février 1838 (curieuse coïncidence…) et que c’est à son instigation qu’avaient été décidées les ventes des terrains communaux de l’île-Grande.

Passe encore de priver les île-Grandais de landes et de pâturages en faisant brader, par la Municipalité, les terrains communaux pour pouvoir se les offrir à vil prix, mais vendre, même en partie, des terrains de la commune à son propre profit… curieuse façon de concevoir l’administration des biens publics !

Un demi-siècle plus tard…

Le problème n’était toujours pas résolu lorsque M. de Champagny, qui se présentait à l’élection du Maire depuis 1871 et ne recueillait que sa propre voix

fut enfin élu le 15 avril 1888

et réélu le 15 mai 1892 puis le 17 mai 1896,

quelques jours après l’arrivée dans notre île du romancier Joseph Conrad qui utilisa les observations  qu’il put faire au cours de son séjour dans les nouvelles qu’il écrivit à cette époque.

S’inspirant d’un drame familial local, Joseph Conrad écrivit en 1896 « The idiots » dont il situa l’action dans un village nommé « Ploumar » (le nom est à peine déformé !) administré par le « Marquis de Chevanes ».

Or, l’auteur n’ayant pas précisé que « toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé serait pure coïncidence », nous pouvons nous demander qui a pu lui servir de modèle pour camper le personnage de ce marquis.

La réponse se trouve peut-être dans ce passage :

« The « Chavanes » returning that evening, after seeing their guest to the main gate of the park, discussed the matter vhile they strolled in the moonlight, trailing their long shadows up the straigth avenue of chestnuts. »

Ce soir-là, après avoir reconduit leur invité (le recteur) jusqu’à la grille du parc, les « Chavanes » discutèrent de cette affaire en s’en revenant tout doucement chez eux au clair de lune traînant leur ombre longue dans l’allée droite bordée de châtaigniers.

Plus intéressant est ce renseignement que nous livre Conrad :

The marquis, a royalist of course, had been Mayor of the commune which includes Ploumar, the scattered hamlets of the coast, and the stony islands that fringe the yellow flatness of the sands.

He had felt his position insecure, for there was a strong republican element in that part of the country. »

Le marquis, royaliste bien entendu, était Maire de la commune qui englobe Plomar, les hameaux dispersés sur la côte et les îles rocheuses que bordent les plages de sable plates et jaunes.

Il sentait que sa position était peu sûre car il y avait un solide élément républicain dans cette partie du pays.

Conrad semble avoir très bien senti l’opposition qui existait alors entre le Conseil Municipal royaliste de Pleumeur et les île-Grandais en majorité républicains.

Cette appréciation du romancier se trouva confirmée par les évènements puisque deux ans plus tard, en 1898, les île-Grandais se virent contraints de passer par-dessus ce conseil pour s’adresser directement à l’échelon supérieur.

1898

Pétition des île-grandais

en raison de ce qui ressemble fort à une basse vengeance électorale

PÉTITION DES HABITANTS DE L’ÎLE-GRANDE À MONSIEUR LE SOUS-PRÉFET DE LANNION

 « Monsieur le Sous-Préfet,

 Les soussignés habitants de l’île-Grande, commune de Pleumeur-Bodou, ont l’honneur de vous présenter la requête suivante :

 Considérant

Que l’eau potable étant excessivement rare dans notre île,

  • Qu’à la suite d’une vengeance électorale, Monsieur de Roquefeuil a fermé un des rares puits lui appartenant,
  • Qu’auparavant, une bonne moitié de l’île prenait de l’eau dans ce puits,
  • Qu’à présent il ne reste pour ces personnes qu’une fontaine infecte et insuffisante,
  • Qu’il y va de la salubrité publique,
  • Que ces personnes ne demandent qu’à payer l’eau dont elles ont une absolue nécessité
  • Et que C’EST UNE PEU FORT QUE POUR AVOIR PRESQUE LIBREMENT MANIFESTÉ PAR NOS BULLETINS DE VOTE NOS OPINIONS RÉPUBLICAINES, toute une population soit privée d’eau, première condition de toute vie

 Émettons le vœu qu’un puits nous soit creusé dans le plus bref délai possible ou que Monsieur de Roquefeuil soit mis en demeure, pour cause de nécessité publique, de rouvrir celui qu’il a fermé le 3 août dernier.

 Dans le cas du creusement d’un puits communal, la plupart des gens veulent bien participer aux frais dans la mesure de leurs moyens.

 Dans l’espoir que vous voudrez bien accueillir favorablement notre requête et y faire droit, nous avons l’honneur, Monsieur le Sous-Préfet, de vous prier d’agréer l’hommage respectueux de nos meilleurs sentiments reconnaissants et dévoués.

Suivent les signatures »

Ainsi se trouve creusé , dès la première moitié du XIXe siècle (entre le Conseil municipal de Pleumeur-Bodou et les île-grandais) un fossé qui ne cesse de s’élargir avec le temps  .

D’autant que les activités artisanales et commerciales île-grandaises étaient profondément différentes des intérêts essentiellement agricoles des pleumeurois.

 

Ainsi, à la fin de ce XIXe siècle, sous la IIIe République, dépouillés des terrains communaux qui leur avaient été donnés par la Révolution (mais administrés par la noblesse aidée du clergé),

les île-grandais n’avaient même plus le droit, sous peine de sanctions, « d’exprimer presque librement leurs opinions républicaines ».

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Pors Gelen jusqu’en 1975

La photo ci-dessous est issue d’un assemblage de deux photos afin d’obtenir une vue panoramique du Pors Gelen “de l’époque” ! Cliquez sur cette photo qui s’ouvrira sur une autre page…

La grande bâtisse a fait l’objet de nombreuses interrogations car  les personnes originaires de l’île-Grande n’en avaient aucun souvenir.

Heureusement, les archives des Côtes d’Armor nous en disent plus long

  • sur ce bâtiment (Il s’agit d’un bâtiment de soudiers)
  • et sur une construction voisine

comme le montre l’image ci-dessous.

La construction, à droite sur l’image, est une forge (de l’ancienne carrière de Pors Gelen).

Le phare des Triagoz

Au sortir de la guerre de Crimée, la France veut créer des lignes régulières de paquebots à vapeur.

Il est urgent de baliser les chenaux d’accès.

C’est le décret impérial du 12 mai 1860 (sous Napoléon III) qui fixe la construction de plusieurs phares sur le littoral français dont celui qui doit signaler la route entre Perros-Guirec et la baie de Morlaix.

Entre 1861 et 1864, une tour de 29 mètres de haut est érigée sur un îlot du plateau des Triagoz* (l’îlot de Gwen Braz) cerné par des roches sur lesquelles la houle brise presque en permanence.

* A 4,6 mille dans le N.W. de l’Ile Grande – Le plateau des Triagoz s’étend sur 2,1 mille du S.W. au N.E

Coordonnées géographiques :
48°52,285 N – 03°38,797 W (WGS 84)

Sa construction est dirigée

par les ingénieurs

Dujardin et Pelau.

Le rocher est arasé afin de construire un abri pour les ouvriers.

Deux palans servent à débarquer le matériel et les pierres de taille (granit).

La tour carrée est construite sur une base rocheuse qui s’élève à 8 mètres au-dessus des hautes mers.

Gravure (source : Gallica-Bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France – ” Procédés et matériaux de construction…. Outillage et organisation des chantiers / A. Debauve,…” page 118)

C’est un édifice en granit (de Ploumanac’h et lîle Grande)

de 8 mètres de côté extérieur sur 20 mètres de haut

L’atelier de taillage se situe à terre (à 21 km du chantier) et le transport se fait par gabare à voile.

Les pièces du phare sont un vestibule et des salles voûtées, aménagées en chambres pour les deux gardiens et l’ingénieur.

Une saillie en demi-cercle contient l’escalier.

L’échauguette (qui a servi de cuisine) lui fait face. Un magasin de lampes et huile se situe au dernier étage.

 

Historique

 

1864 (15 novembre) – Allumage du feu fixe blanc varié par des éclats alternativement blancs et rouges toutes les 30 secondes. Cloche de brume. Combustible : huile végétale

1867 Le phare est présenté à l’Exposition Universelle de Paris
1875 – Combustible : huile minérale
1885 (1er janvier) – Modification du feu, secteur rouge.
1904 (octobre) – renforcement du feu, incandescence par le pétrole
1924 – nouvel appareil plus puissant ; feu blanc à 2 occultations 8 secondes focale 0,92 m à 1 secteur rouge.
1948 – feu à 2 occultations toutes les 6 secondes, secteurs blanc et rouge, focale 0,70 m
1981 (juillet) – Électrification –
1984 (avril) – Automatisationfin du gardiennage
1985 – Le feu est automatisé par aérogénérateur installé sur une nouvelle lanterne.

Le phare a perdu sa lanterne lors de l’installation de l’aérogénérateur.

 

 

L’Ancienne lanterne, avec son optique, est exposée à la subdivision des phares et balises de Lézardrieux.

 

La nouvelle lanterne

Propriété de l’état, l’état général ne cesse malheureusement de se dégrader…

Sédentarisation des hommes du néolithique

C’est au néolithique (début vers – 8000 ou – 4000 selon les régions) que l’Homme commence à domestiquer plantes et animaux : Devenu cultivateur et éleveur, l’Homme se sédentarise.

À proximité du village, il construit des monuments pour recueillir ses morts qui, désormais, cohabitent avec les vivants : apparition d’une mythologie, voire d’une proto-religion, liée à un culte des ancêtres ?

source : Musée de la Préhistoire des gorges du Verdon

Pour ses constructions, il ne disposait que de bois et de pierre. La grosse (méga) lithe (pierre) fut utilisée partout où il fallait édifier une construction marquante, ostensible, durable et résistant au temps.

La fonction des pierres dressées et celle des alignements est inconnue ; les cercles de pierres étaient peut-être des aires de rassemblement mais on ignore ce qu’il s’y passait

Peu après – 5000 des ensembles mégalithiques apparaissent en Europe.

Un petit nombre de sites, remarquables par la préservation exceptionnelle d‘ossements […] attestent de pratiques funéraires complexes […] Elles reposent sur des catégories mentales différentes des nôtres (1).

Source  – D. Lavalette

 (1)  Masset Les dolmens. Sociétés néolithiques. Pratiques funéraires, errance 1993

Accueil du site

Sommaire du thème “allée couverte”

Description de l’allée couverte

Pour sa construction, nos ancêtres du néolithique final ont utilisé le granit local.

1. L’allée couverte et son contour

(pour mieux en visualiser les différentes parties et leurs dimensions, cliquez sur chaque photo)

La hauteur de ses orthostates (piliers) varie d’1 m à 1.40 m

Particularité de l’allée couverte de l’île-Grande : Elle est entourée  par des pierres (péristalithes) .

Les dalles de couverture ne reposent pas complètement sur les piliers (orthostates)

2. A-t-elle été recouverte ? Probablement !

Ces pierres servaient-elles à retenir de la terre (tertre) ou un ensemble composé de pierres et de terre (tumulus) ?

3. Une partie de l’allée couverte aurait-elle disparu ?

Selon Jean L’Helgouach,

“l’allée couverte est généralement divisée en deux parties d’inégale longueur par une dalle transversale séparant la chambre (cella) de l’anti-chambre (antecella).

L’antichambre ne peut être plus haute que la chambre. L’entrée est toujours située dans l’axe du monument. Comme tout dolmen, les parois latérales sont délimitées par des orthostates. Selon la longueur totale de l’édifice, l’allée est recouverte de une à plusieurs tables horizontales.”

Voci la description qu’en donnait Jean L’Helgouarch en

Elle comportait un vestibule, décrit par Jean L’Helgouach qui n’est désormais plus visible. Il prolongeait la paroi nord.

Il comportait deux dalles et un pilier qui rétrécissait le passage à 1 m de large. Un seuil transversal en barrait l’entrée. Source Wikipedia

En savoir plus…

Pour lire cette étude minutieuse  “L’allée couverte de l’île-Grande” Étienne Patte – Bulletin de la Société Préhistorique française (année 1918), cliquez sur le logo

Pour lire l’étude suivante “Inventaire des découvertes archéologiques” – page 219 et suivantes (Pleumeur-Bodou). Société d’émulation des Côtes du Nord -Tome L – 1912, cliquez sur le logo          

Bibliographie :

EUDES, O. Dolmens et Mégalithes de Bretagne. Paris : Watelet, 1981.

MARCHAT A, LE BROZEC Michelle. Les mégalithes de l’arrondissement de Lannion. Patrimoine archéologique de Bretagne. Rennes : LCB, Laboratoire d’Anthropologie Université Rennes I, 1991, p. 42-43.

L’HELGOUAC’H, J. Les sépultures mégalithiques en Armorique (dolmens à couloir et allées-couvertes. Thèse, Faculté des Sciences, Rennes, 1965, p. )

Accueil du site

Sommaire du thème “allée couverte”

Où sont passés nos mégalithes ?

Notes de Pierre STRNISTE

Les mégalithes ont subi, à diverses époques, des offensives de destruction et, de tous ceux qui furent construits aux temps préhistoriques, il n’en subsiste qu’un très petit nombre.

Par exemple, on ne retrouve plus aujourd’hui certains monuments signalés au siècle dernier sous le nom de «dolmens »:

  • Deux à Bringuiller en Pleumeur-Bodou – L. HARMOIS – Inventaire des découvertes archéologiques des C-d-N. (1912)
  • Un à Kerguntuil en Trégastel dans le même champ que les deux mégalithes encore visibles. – De la CHÉNELIÈRE – Inventaire des Monuments mégalithiques des C-d-N – Société d’émulation des Côtes du Nord (1880)
  • Un à Christ en Trébeurden – BERTHELOT DU CHESNAY – L’année préhistorique dans les C-d-N. (1904)

Quant au «dolmen» de Keryvon, il semble bien être, en réalité, ce qui reste d’une allée couverte partiellement démolie. – LE BOUFFANT «  Un dolmen peu connu à Pleumeur-Bodou (1972)

Accueil du site

Sommaire du thème “allée couverte”