Le phare des Triagoz

Au sortir de la guerre de Crimée, la France veut créer des lignes régulières de paquebots à vapeur.

Il est urgent de baliser les chenaux d’accès.

C’est le décret impérial du 12 mai 1860 (sous Napoléon III) qui fixe la construction de plusieurs phares sur le littoral français dont celui qui doit signaler la route entre Perros-Guirec et la baie de Morlaix.

Entre 1861 et 1864, une tour de 29 mètres de haut est érigée sur un îlot du plateau des Triagoz* (l’îlot de Gwen Braz) cerné par des roches sur lesquelles la houle brise presque en permanence.

* A 4,6 mille dans le N.W. de l’Ile Grande – Le plateau des Triagoz s’étend sur 2,1 mille du S.W. au N.E

Coordonnées géographiques :
48°52,285 N – 03°38,797 W (WGS 84)

Sa construction est dirigée

par les ingénieurs

Dujardin et Pelau.

Le rocher est arasé afin de construire un abri pour les ouvriers.

Deux palans servent à débarquer le matériel et les pierres de taille (granit).

La tour carrée est construite sur une base rocheuse qui s’élève à 8 mètres au-dessus des hautes mers.

Gravure (source : Gallica-Bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France – ” Procédés et matériaux de construction…. Outillage et organisation des chantiers / A. Debauve,…” page 118)

C’est un édifice en granit (de Ploumanac’h et lîle Grande)

de 8 mètres de côté extérieur sur 20 mètres de haut

L’atelier de taillage se situe à terre (à 21 km du chantier) et le transport se fait par gabare à voile.

Les pièces du phare sont un vestibule et des salles voûtées, aménagées en chambres pour les deux gardiens et l’ingénieur.

Une saillie en demi-cercle contient l’escalier.

L’échauguette (qui a servi de cuisine) lui fait face. Un magasin de lampes et huile se situe au dernier étage.

 

Historique

 

1864 (15 novembre) – Allumage du feu fixe blanc varié par des éclats alternativement blancs et rouges toutes les 30 secondes. Cloche de brume. Combustible : huile végétale

1867 Le phare est présenté à l’Exposition Universelle de Paris
1875 – Combustible : huile minérale
1885 (1er janvier) – Modification du feu, secteur rouge.
1904 (octobre) – renforcement du feu, incandescence par le pétrole
1924 – nouvel appareil plus puissant ; feu blanc à 2 occultations 8 secondes focale 0,92 m à 1 secteur rouge.
1948 – feu à 2 occultations toutes les 6 secondes, secteurs blanc et rouge, focale 0,70 m
1981 (juillet) – Électrification –
1984 (avril) – Automatisationfin du gardiennage
1985 – Le feu est automatisé par aérogénérateur installé sur une nouvelle lanterne.

Le phare a perdu sa lanterne lors de l’installation de l’aérogénérateur.

 

 

L’Ancienne lanterne, avec son optique, est exposée à la subdivision des phares et balises de Lézardrieux.

 

La nouvelle lanterne

Propriété de l’état, l’état général ne cesse malheureusement de se dégrader…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.