Vestiges de la chapelle et du cimetière

Les pierres, les statues, les dalles funéraires, les croix…

Les pierres

Elles ont principalement servi à la construction du mur du cimetière.

Certaines d’entre elles, et pas des moindres, ornent « Run Rouz », la maison de Charles LE GOFFIC

 « Point de perron ni de tourelle           Comme les manoirs en ont tous ;

C’est d’un vieux porche de Chapelle      Qu’on fit les lèvres de Run Rouz

Sur elles chaque jour projette             Ombre grise ou rayon doré

Et dans sa lande violette                      Puisqu’on entre chez le Poète,

Le seuil est doublement sacré »                                   Marie-Paule Salomon

Cette carte postale de Charles Le Goffic devant « Run Rouz » en Trégastel fait apparaître les éléments empruntés à la Chapelle.

Le balcon

Ses balustres

La petite croix

La façade actuelle, la porte d’entrée de Run Rouz (Charles Le Goffic pose devant) et la porte de la Chapelle

Les statues

« … de curieuses statues et un Christ en bois, naïvement sculptés et bariolés » : celle  de Saint-Marc, saint patron de l’île-Grande proviendrait de l’île d’Aval ; celle de Saint Sauveur, patron de la Chapelle et la Pieta sont désormais dans l’église Saint-Marc au bourg de l’île-Grande.

Les dalles funéraires

« Le sol est recouvert de grandes dalles funéraires ».

Une dalle funéraire est une plaque de pierre posée au-dessus d’une sépulture (dans le dallage d’un édifice religieux ou sur un mur), et portant en général un blason, une épitaphe ou une effigie gravée.

Les dalles funéraires pavaient le sol des églises et chapelles.

Deux éléments gravés sur le granit sont insérés dans le mur du cimetière. S’agit-il de dalles funéraires portant blason ?

Les croix du cimetière

 

 

Une croix du XVIIe, en granit, est dans une propriété privée de la rue de Rulosquet.       article salle virtuelle des Côtes d’Armor

Un calvaire, en granit, se trouve dans le cimetière de Saint-Sauveur. Il se compose d’un socle cubique (avec chanfrein) posé sur une marche. L’année 1598 est gravée à l’arrière du socle.

La croix monolithe (croix faite d’un seul bloc de pierre) est ornée d’un christ en croix sur une face et à son opposé, d’une vierge en prière.   Voir “inventaire du patrimoine culturel en Bretagne”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.