La maison des naines

On l’appelle Ty-ar-C’horrandoned ou plus communément Ty Lia

(Dans le Trégor, les dolmens sont fréquemment appelés “Ty-Lia”).

Elle est, dit-on, habitée par les korrigans, petits lutins espiègles. On peut également y rencontrer bien souvent de très malicieuses petites créatures féminines

(Cliquez sur la photo ci-dessus, prise par une belle journée de printemps…)

4 500 ans d’histoire

Voilà 4 500 ans qu’elle règne, imperturbable, pas très loin  du plus haut point de l’île.

Elle a traversé les âges … presque sans encombre.

Presque sans encombre ?

Si, au fil des siècles, les mégalithes ont pu souffrir des intempéries, ils ont le plus souvent été endommagés par les hommes :

pillés pour les éventuels trésors qu’ils renferment,

détruits symboliquement (le culte aux pierres est sacrilège : dès 452, le concile de Nantes ordonne leur démolition ; bien plus tard, les mégalithes sont christianisés),

détruits en raison de la gêne qu’ils occasionnent aux cultivateurs dans leurs travaux agricoles,

récupération des pierres (dalles de couverture, orthostates, pierres des cairns) pour la construction, les murets, la voirie  …

– et même fouilles. Quatre campagnes de fouilles furent effectuées en 1866, 1868, 1909 et 1910.

Fouilles de l’allée couverte de l’île-Grande

Des fouilles pratiquées en 1866 ont mis à jour

  • quatre haches de pierre polie, de dimensions et de grains différents ;
  • des éclats de silex
  • des fragments de poterie noire,
  • des tessons décorés
  • un objet en fer ressemblant à une lame auquel adhéraient quelques taches de cuivre
  • un disque de bronze

« En 1868, la fouille fut reprise par Monsieur Cavan puis d’autres personnes ensuite.

Fouillé ensuite en 1910, sans méthode et sans expérience, par Monsieur A. Devoir, ce monument était menacé d’une destruction complète. Monsieur Léon Durocher protesta énergiquement contre l’auteur de la fouille dans le journal « Le Breton de Paris » le 30 octobre 1910, fit constater par M. E. Genest architecte, l’état du monument.

*Cette dernière fouille fait l’objet d’un article dans le « Bulletin de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord – Tome L – 1912 (page 219)

 

En savoir plus…(beaucoup plus !)

 

Le Bulletin de la société préhistorique française offre une description minutieuse de l’’allée couverte de l’île-Grande” par Étienne Patte (année 1918) pages 540 à 546

cliquez sur le logo

 

*Cette dernière fouille fait l’objet d’un article dans le « Bulletin de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord – Tome L – 1912 (page 219). L. HARMOIS – Inventaire des découvertes archéologiques du département des Côtes du Nord

cliquez sur le logo

 

Afin de le protéger,  l’état fait établir des inventaires et des cartes du patrimoine mégalithique et crée le statut de « monument historique ».

 

Le 23 janvier 1956 le classement  « monument historique » de l’allée couverte de l’île grande atteste de sa valeur patrimoniale.

Accueil du site

Sommaire du thème “allée couverte”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.