Curiosités hétéroclites île-grandaises

 

Les laisses de mer

La mer abandonne sur l’estran une litière de résidus organiques et d’éléments créés par l’homme.

Ces derniers, objets du plus grand des mépris, ont suscité l’intérêt d’Anne, promeneuse infatigable des grèves d’Enez Veur et de ses îlots.

Viennent-ils de loin ? de très loin ? Quel voyage ont-ils entrepris ? À qui appartenaient-ils ?  Qu’est-il donc arrivé à leur propriétaire ?

Ils se sont laissés porter au gré des vents et des courants…

“Objets inanimés, avez-vous donc une âme …”

Anne réside régulièrement sur l’Ile Grande depuis une douzaine d’années.

Elle ramasse, lors de ses promenades sur les grèves et les îlots environnants, des objets naturels ou des artefacts déposés par la mer (bois flottés,  plastiques, graines, cordages…).

Elle les valorise sous forme d’assemblages représentant des silhouettes, animaux, bateaux, etc.

Elle s’impose, pour les concevoir, de ne faire subir aucune transformation aux matériaux patiemment récoltés et c’est la diversité des formes naturellement sculptées par la mer qui l’inspire et qu’elle recherche.

Pour agrandir les images, cliquez sur une de celles de la galerie ci-dessous

[maxbutton id=”1″]
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.