Archives de catégorie : Personnages

Personne réelle ou mythique d’un récit.

Un Noël à Enez Veur

Ce jour-là, Jobig a eu beaucoup de mal à porter lénorme bûche jusqu’à la petite crèche près de la porte de la maison ; son voisin est d’ailleurs venu l’aider.

Soizic a insisté pour qu’il le fasse avant ce soir car le ciel s’est assombri, le vent d’est a apporté un tas de feuilles dans la cour. Sûr que demain la neige arrive

Aujourd’hui le vent glacial souffle et les flocons ne pas tardent pas à recouvrir de blanc la vieille terre de l’île-Grande.

Après avoir accompli les tâches journalières, chacun a regagné sa maison sans tarder.

Ce soir, 24 décembre, la famille s’est réunie autour de la cheminée en attendant de se rendre à la messe de minuit.

Jobig, le père de famille a mis dans l’âtre la belle bûche

(il l’avait, auparavant, aspergée d’eau bénite et de sel).

Il a soigneusement choisi un bois dur dont la combustion lente doit chauffer la maison pour la veillée de Noël et, si possible, pour d’autres nuits de Noël.

Tad Coz n’est jamais le dernier à prendre la parole dans les veillées : assis près du feu, en appui sur son pen baz, il prend un air mystérieux et dit que “la nuit de Noël, il se passe des choses bizarres”…

Ifig, le vieux voisin ne voulant pas être en reste, s’empresse d’ajouter

“Selon le proverbe…

Noz ann Nédelec na gousk ken, La nuit de Noël, aucun animal ne dort

Met ann tousec ha mab ann den excepté le crapaud et l’homme

« Qu’est-ce qu’ils font alors ? » demande le jeune Yann

“Ils parlent breton entre eux, comme nous.”

S’il s’agit d’un de nos animaux domestiques, ils se racontent le travail qu’ils font pour leur maître et surtout s’ils sont bien ou mal traités.

Les animaux sauvages expliquent comment ils trouvent leur nourriture. Ce soir-là, ils ne craignent pas d’être mangés par les plus forts ou les plus malins : les souris côtoient les chats, les poules croisent les renards, les loups sympathisent avec les chevreuils !

 Ils décrivent leur écurie, leur étable, leur nid ou leur tanière, annoncent la naissance d’un enfant, racontent leurs déplacements, leurs découvertes, leurs joies et leurs peines. »

Il est maintenant temps de se préparer et surtout de se couvrir pour se rendre à la messe de minuit.

La messe de minuit

La nuit, dans le blizzard et la neige, la famille rejoint à pied les paroissiens qui, à la lueur des torches espèrent éclairer leurs pas. Ils viennent de Crech A Loet, Louarn, Kerjagu, Kervolant, Le Poullou, Le Dour linn, Crec’h Kervegan, Rucornic, Enezigou, Kermein à travers chemins et lande

Les cantiques en breton leur donnent l’entrain nécessaire pour se rendre à la Chapelle Saint Sauveur célébrer la naissance de Jésus.

Quelques fidèles espèrent secrètement repérer par-ci, par-là une chandelle qui s’allumerait pour indiquer la présence d’un trésor

Ils n’oublient pas non plus que les anciens leur ont assuré que

chaque menhir et dolmen se déplace

quand sonnent les cloches de la messe de minuit.

Avec, un peu de chance, ils en apercevraient à la fontaine de la Chapelle…

mais ils n’auraient pas le temps de profiter de leur absence pour s’emparer du trésor enterré là où ils sont habituellement plantés…

Nul ne craint les esprits maléfiques nocturnes car ni les korrigans malicieux ni l’horrible Ankou ne peuvent nuire la nuit de Noël.

Dans le purgatoire, le feu s’éteint et les âmes des défunts en répit éprouvent, cette nuit-là, un grand soulagement.

La vieille chapelle St Sauveur se remplit peu à peu. Dès le porche d’entrée franchi, chacun se signe avec l’eau du vieux bénitier en granit et, à la lueur des cierges, rejoint sa place devant la chaise prie-Dieu paillée.

An Aotrou Person, vêtu de sa chasuble blanche brodée, invite, en breton, les fidèles à se lever. Les paroissiens se lèvent en signe de respect, missel en main. La messe va commencer.

Pendant toute la cérémonie, les fidèles ont prié et avec ferveur et repris en chœur les « kantikoù Nedeleg » (cantiques de Noël) dont « Ni hoc’h ador, Mabig Jésuz » (Nous vous adorons, petit Enfant Jésus) ou « Péh trouz’ zou ar en douar » (Quel est ce bruit sur la terre ?)

À minuit, les cloches ont sonné à toute volée et le recteur a entonné « An noz tenval » en portant solennellement l’enfant jésus jusqu’à la crèche confectionnée, près de l’autel, par quelques fidèles.  Les paroissiens ont accompagné le prêtre de leur plus belle voix.

Après que le curé ait béni l’assistance et prononcé la fin de la cérémonie les paroissiens ont déposé avec déférence leurs modestes offrandes devant la crèche (un gâteau, un peu d’argent, un peu de beurre…)

“An Noz Santel”

La messe terminée, chacun presse le pas pour se rendre dans les chaumières où a lieu la veillée de Noël pour prolonger « An Noz Santel » (la Nuit Sainte).

La bûche a eu le temps de réchauffer la maison.

Soizic sert à ses convives une soupe au pain et un kig ha farz ; les enfants, plus empressés que jamais, se précipitent vers leurs sabots pour y trouver tantôt une belle pomme ou une orange, tantôt un petit jésus en sucre ou pour les plus chanceux, un sucre d’orge.

Les conversations reprennent de plus belle…

Mamm goz, dit Soizic, racontait que, quand elle était enfant, Gireg, le garçon de ferme ne croyait pas à ces histoires. Il dit aux femmes qu’elles n’étaient que des peureuses et des mauvaises langues.

 Avant minuit, il partit se cacher dans le grenier à foin, au-dessus de l’étable.

Aux douze coups de minuit, « pen called » l’âne gris se mit à parler au bœuf et aux deux vaches « Mes amis, le petit jésus est né et c’est nous qui le réchauffons dans la paille de la pauvre crèche » puis il ajouta « le froid a rendu notre travail bien plus pénible et l’herbe s’est faite rare dans le pré. Je n’ai pas envie de sortir de l’étable mais pourtant il faudra bien car demain l’Ankou passera chercher Gireg Ar Moal ; c’est nous qui devrons l’emmener à sa dernière demeure jusqu’au cimetière de Saint Sauveur.

 En entendant cela, Gireg revint, terrorisé, expliquer à Fanch, le fils du voisin ce qu’il venait d’entendre et partit aussitôt se coucher.

Fanch était chargé de garder la maison pendant la messe de minuit. Mais il avait été tellement effrayé par l’histoire de Gireg qu’il voulait boire un coup. Son cousin l’accompagna jusqu’à la Fontaine Saint Sauveur car il lui avait affirmé qu’au moment de l’élévation de l’hostie, l’eau se changerait en un vin délicieux. Ils burent tous les deux de grandes gorgées jusqu’à ce que les cloches de la Chapelle s’arrêtent de sonner… Le vin redevint de l’eau !

En rentrant à la ferme de Crech Al Lannig, ils entendirent au loin les cloches des villes englouties.

Un jour après Noël, aux alentours de cinq heures du matin, on entendit grincer la charrette de l’Ankou du côté de chez Gireg…

 

Le jour se lève, c’est la fin de la nuit de Noël. Certains des invités décident de retourner à la « messe de l’aube » quand d’autres rejoignent leur maison.

Jobic et sa femme prennent soin d’éteindre la belle bûche. Elle servira à Noël prochain.

En fin de matinée, Soizic met les cendres de la bûche de Noël dans le petit sac en lin qu’elle a cousu ; elle l’accroche dans la pièce jusqu’au Noël suivant pour protéger la maison de la foudre, des incendies et des serpents ; les cendres ont aussi des vertus médicinales et purifient l’eau du puits.

Et la vie reprend son cours…

Les pierres retournées

Souvenirs d’un petit parisien tombé sous le charme d’Enez Veur …

et qui ne s’en est jamais remis (1952 à nos jours)

Pour lire plus aisément cet écrit -plein de délicatesse et d’émotion- qui ravivera, chez nombre d’entre nous personnages, évènements, lieux …

cliquez sur le coin du cadre qui s’affiche  ci-dessous

(le texte s’affichera dans un nouvel onglet)

Télécharger (PDF, 1.28Mo)

Souvenirs de D. Lavalette (2018)

Écoutez une Gwerz de l’île-Grande

L’article “Naufrage en 1844” (cliquez sur le titre de l’article pour y accéder) contait le tragique destin d’île-grandais partis chercher du goémon aux Sept-îles.

A l’époque, une Gwerz a été composée pour que cet accident ne sombre pas dans l’oubli…

Vous pouvez écouter cette Gwerz

en cliquant sur la flèche blanche ci-dessous

(elle ne démarrera qu’après plusieurs secondes…)

 

Le texte bilingue de la Gwerz est reproduit du livre “Pleumeur-Bodou, chronique d’une commune trégorroise” par Y. Lageat et Y. Garlan.

Télécharger (PDF, 263KB)

Comment cette Gwerz est arrivée jusqu’à nous ?

Monsieur Lavalette était voisin de Madame Leroux, l’interprète de la  Gwerz.

“A un âge avancé, Mme Leroux psalmodiait cette Gwerz de mémoire et d’une voix assurée. Son interprétation aux accents passionnés constitue un document d’authentique culture bretonnante saisi sur le vif que j’eus la chance de pouvoir enregistrer.”             D. Lavalette

Cette Gwerz raconte le naufrage survenu sur la grève de Goulmedec (au large de Bringuiller) le 14 février 1844 qui endeuilla 15 familles.

De retour des 7 Îles où elles avaient recueilli du goémon, deux gabares rentraient sur Penvern. Le choix d’un mauvais raccourci à la nuit tombante fit s’écraser l’une des gabares sur les rochers. Il y eut 15 noyés. Familles endeuillées, orphelins, drame local. 

 Avons-nous connu Madame Leroux ?

Pour le savoir, cliquez sur le lien ci-dessous

Hélène, interprète de la Gwerz

 ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Mordred, fils du Roi Arthur et de sa demi-soeur “La Fée Morgane”

mordred

Mordred est le fils incestueux d’Arthur et de Morgane (Celle-ci est sa demi-sœur puisqu’ Ygerne est leur mère).

 

Un soir, par magie, Morgane prend l’apparence de Guenièvre et abuse Arthur en lui faisant l’amour.

Elle est enceinte et proclame que l’enfant qu’elle porte est l’héritier du royaume.

Quand Arthur découvre qu’il s’agissait de sa demi-sœur, il ordonne, de faire mourir tous les nouveau-nés mâles mais Mordred est sauvé.

Personnage constamment négatif, Mordred est souvent l’instrument des basses œuvres de Morgane.

Dans un terrible combat il est tué par Arthur, sur la plaine de Salisbury.combat arthur mordred

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Chevaliers de la Table Ronde

La Table ronde est une Institution fondée par le roi Uther Pendragon, père d’Arthur, sur les conseils de Merlin.

Elle est présentée comme la réplique de la table du Graal*, elle-même imitée de la table de la Cène.
*Calice utilisé par Jésus-Christ au cours de la Cène et dont Joseph d’Arimathie s’est servi pour recueillir le sang du Christ quand il fut descendu de la Croix.

table et graal

Elle compte autant de sièges que de chevaliers destinés à y être appelés.

Les Chevaliers de la Table Ronde cherchent le Graal.

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Merlin l’enchanteur

C’est l’ “enfant sans père “, fils d’un démon et d’une nonne, mais qui échappe au diable par le baptême.
A sa naissance, Merlin est déjà doté de pouvoirs surprenants, il peut parler, voir le passé, le présent et l’avenir et il sait ” transformer l’apparence des gens “.

Il organise l’avenir de la Bretagne. Il vit dans une forêt  auprès d’un scribe à qui il confie le soin de mettre par écrit les événements du royaume et ses prophéties.

stonehenge

Conseiller d’Uther Pendragon, il construit le site de Stonehenge.

 

C’est lui qui permet à Uther de prendre l’apparence du duc de Cornouailles pour coucher avec Ygerne, qui donnera naissance à Arthur.

Il confie l’éducation d’Arthur à  un sage , pour qu’il l’élève.

Plus tard,  Merlin organise l’avènement d’Arthur au trône.

Merlin et vivianeSelon la légende, Merlin tomba éperdument amoureux de la fée Viviane (la Dame du Lac) et l’initie à ses enchantements. il lui confie le secret pour se lier un homme à jamais et elle l’emprisonne dans son esplumoir (cage à oiseau) .

chateau cristal

Merlin construit un château de cristal, en une nuit, pour sa bien-aimée, au fond d’un lac. C’est ce qui vaut à Viviane le nom de Dame du lac. Mais seuls Viviane et ses serviteurs peuvent voir ce château….

On dit qu’aujourd’hui encore Merlin l’enchanteur est enfermé dans la forêt de Brocéliande

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Viviane, Dame du Lac

Vviane

Viviane est fille d’un petit seigneur de la forêt de Brocéliande. Elle est née au château de Comper, dans la forêt de Brocéliande.

C’est par le hameau de Folle Pensée que l’on peut atteindre, après une bonne marche, la fontaine de Barenton.

barenton PaimpontIci, pour la première fois, l’Enchanteur Merlin voit la fée Viviane assise au bord de la fontaine et il éprouve le premier choc d’une folle passion.

 

chateau cristalMerlin tombe amoureux. Il lui construit un château de cristal en une nuit au fond d’un lac. C’est pour cela qu’on appelle aussi Viviane dame du lac. Le château n’est visible que pour Viviane et ses serviteurs

Merlin lui transmet même le secret de l’emprisonnement éternel que lui-même ne savait pas défaire. Désireuse de garder son amant, Viviane use du sortilège sur lui et l’emprisonne dans un arbre que l’on peut encore voir (paraît-il!)dans la forêt de Brocéliande. Ainsi ils vivent pour toujours à Brocéliande, mais invisibles aux humains.

arbre merlin

Elle élèvera Lancelot du Lac après l’avoir ravi à sa mère…

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

La fée Morgane

Fille d’Uther Pendragon et d’Ygraine, elle est la demi-soeur,  d’Arthur.

Elle est instruite dans l’art magique par Merlin, ce qui lui vaut le surnom de Fée.

Épouse d’Urien, elle montre une personnalité ambiguë, à la fois néfaste (toujours prête à comploter contre les chevaliers de la Table ronde) et protectrice de la majesté royale d’Arthur : c’est elle qui lui dévoile l’adultère de Lancelot et Guenièvre en lui montrant la Chapelle aux images, où Lancelot a représenté son amour, et qui envoie à la cour un écu magique destiné à dénoncer la reine.

À l’issue de la bataille suprême, Morgane*recueillera Arthur blessé à mort dans son île d’Avalon (île d’Aval), souvenir de ses lointaines origines marines.
*en breton, Morgane nom signifie “sirène”

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Efflam et Enora

Fils du roi d’Irlande, Efflam naît en 448.Efflam

Enora2Son père l’oblige à se marier avec Enora, fille d’un monarque saxon, afin d’établir la paix.

Les deux jeunes mariés s’y résignent et décident de vivre leur mariage dans la virginité.

Efflam s’en ira d’ailleurs évangéliser les païens de l’Armorique, bientôt rejoint par Enora son épouse.

Efflam décéda “le 6 novembre de l’an 512 et le 74 de son âge”.

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥