Archives de catégorie : Evènements

Événements du passé de l’île Grande

Écoutez une Gwerz de l’île-Grande

L’article “Naufrage en 1844” (cliquez sur le titre de l’article pour y accéder) contait le tragique destin d’île-grandais partis chercher du goémon aux Sept-îles.

A l’époque, une Gwerz a été composée pour que cet accident ne sombre pas dans l’oubli…

Vous pouvez écouter cette Gwerz

en cliquant sur la flèche blanche ci-dessous

(elle ne démarrera qu’après plusieurs secondes…)

 

Le texte bilingue de la Gwerz est reproduit du livre “Pleumeur-Bodou, chronique d’une commune trégorroise” par Y. Lageat et Y. Garlan, Édité par la Municipalité en 1994″

Télécharger (PDF, 263KB)

Comment cette Gwerz est arrivée jusqu’à nous ?

Monsieur Lavalette était voisin de Madame Leroux, l’interprète de la  Gwerz.

“A un âge avancé, Mme Leroux psalmodiait cette Gwerz de mémoire et d’une voix assurée. Son interprétation aux accents passionnés constitue un document d’authentique culture bretonnante saisi sur le vif que j’eus la chance de pouvoir enregistrer.”             D. Lavalette

Cette Gwerz raconte le naufrage survenu sur la grève de Goulmedec (au large de Bringuiller) le 14 février 1844 qui endeuilla 15 familles.

De retour des 7 Îles où elles avaient recueilli du goémon, deux gabares rentraient sur Penvern. Le choix d’un mauvais raccourci à la nuit tombante fit s’écraser l’une des gabares sur les rochers. Il y eut 15 noyés. Familles endeuillées, orphelins, drame local. 

 Avons-nous connu Madame Leroux ?

Pour le savoir, cliquez sur le lien ci-dessous

Hélène, interprète de la Gwerz

 ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

La quête du Graal

graalLe Saint Graal est la coupe utilisée par Jésus-Christ et ses douze disciples au cours de la Cène et c’est aussi dans cette coupe que Joseph d’Arimathie* reçoit le sang du Christ.
*Personnage cité par les Évangiles qui donne son tombeau pour ensevelir Jésus-Christ. En reconnaissance de son geste, le Christ lui remet le Graal où a été recueilli son sang.

Le Graal apparaît aux Chevaliers alors qu’ils sont assis à la table ronde.

table et graal

Ils expérimentent alors des visions merveilleuses ; un grand sentiment de bien être et d’amour les envahit, puis, le Saint Graal disparaît. C’est alors que Sir Gauvin jure qu’il trouvera où se cache le Graal pour sentir à nouveau cette sensation merveilleuse.

Le roi Arthur s’oppose à cette quête, arguant qu’elle serait la dernière de bien des chevaliers, ce qui aurait pour effet de priver Camelot* de ses meilleurs éléments.
*Camelot est la résidence ordinaire du Roi Arthur et se situe à l’entrée du Royaume de Logres (situé principalement au cœur de l’Angleterre)

Il avait raison puisque presque tous les chevaliers périrent dans cette quête.

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Naufrage en 1844

essai jpg noirUne Gwerz (chant breton qui raconte une histoire) a servi de point de départ à un article tiré d’un journal de la région de Lannion.

Il est très rare aujourd’hui que nous ayons la chance d’entendre les Gwerz telles qu’elles étaient chantées autrefois.

Heureusement, la Gwerz qui relate ce naufrage  (pour l’écouter, cliquez sur le lien surligné en jaune)  est parvenue jusqu’à nous, interprétée par Hélène, une dame qui l’entendait dans sa jeunesse.

(il faut cliquer sur l’article ci-dessous pour qu’il soit plus aisément lisible)

article de journal

Décès de 15 goémoniers de Pleumeur-Bodou

L’énumération des victimes du naufrage, publiée par le journal, a permis de retrouver les actes de décès dans les registres de l’état civil de Pleumeur-Bodou, sur le site des archives des Côtes d’Armor.

Le naufrage a eu lieu le samedi 17 février 1844 et les actes de décès enregistrés plusieurs jours après…

On peut imaginer que la recherche des corps a été compliquée. D’ailleurs, voici ce qu’a écrit (en 1924) Charles Le Goffic dans “L’ Âme bretonne” :

A Trébeurden, si quelque naufrage a lieu, les amis et les parents cherchent les cadavres. Si on ne les trouve pas dans la journée, on les cherche la nuit. Dans le bateau, un cierge est allumé et, selon la croyance, là où il s’éteint se trouve le cadavre.

Il faut aussi tenir compte de ce que précise le journal et que la tradition orale a conservé :

L’un des survivants, affolé par le drame dont il avait été le témoin et n’osant en parler autour de lui car il savait qu’il aurait jeté le désarroi dans maintes familles, se rendit dans une ferme… jouer aux cartes.

goemonier Bateau “goémonier”et nombreux hommes et femmes à bord
photo du site "Histoire maritime de Bretagne-nord"
Pour visionner les actes de décès,  cliquez sur le nom du naufragé  (lien qui mène au registre d’état civil de Pleumeur, conservé aux archives 22).
 4 mars – Jacques-Yves LE CORRE – 36 ans, carrier, célibataire
13 mars – François Marie LE BOUBENNEC – Laboureur, célibataire
27 mars – Jean BERTRAND – 42 ans, Laboureur,
époux d’Anne LE MARTRET
28 mars – Yves ALLAIN – 49 ans, Laboureur, époux d’Anne LE HOUÉROU
28 mars – Yves LE BARAZER – 63 ans, Laboureur, originaire de Trédrez, époux d’Elizabeth LE FESSANT
29 mars – Louis LE BIVIC – 49 ans, cultivateur,
époux de Catherine LE CORRE
3 avril – François LE QUERREC – 46 ans, laboureur,
époux d’Anne LE FLEM
5 avril – Jean LE FLEM – 18 ans, tisserand, célibataire
19 mai – Jean LE PONCIN – 48 ans

Le registre des décès de Pleumeur-Bodou ne fait état que de
9 personnes retrouvées (à la date du 19 mai 1844).

(Vous pourrez écouter cette Gwerz et suivre les paroles en breton et français en cliquant sur ce lien “Gwerz interprétée par Hélène”

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥