Archives de catégorie : Patrimoine naturel

Paysages, espèces végétales et animales de l’île

L’île-Grande, son rivage et la mer…

Le sentier des douaniers de l’île-Grande longe des rivages (baignés par les marées)  aussi sauvages que variés : côtes rocheuses plus ou moins élevées, dunes, prés salés, marais dont la faune et la flore sont remarquables.

Le vent souffle de la mer sans que de réels obstacles ne l’empêchent de chaparder aux vagues des gouttelettes salées.

Sur le trait de côte, les végétaux se sont installés selon leur capacité d’adaptation et leurs besoins vitaux (humidité, salinité, battement des vagues, luminosité, température, abris…).

En fonction du jeu des  ➡ marées, plusieurs « étages » sont déterminés par les scientifiques.

➡  le phénomène des marées

Dans chacune de ces zones vivent des plantes et des animaux différents.

Source : Wikipédia

La partie supérieure de la côte :

les étages “adlittoral” et “supralittoral”

L’étage adlittoral est la partie la plus haute, c’est la “zone des embruns“.

La terre de la partie supérieure est retenue par les racines des plantes qui y poussent.

Ces plantes supportent le sel (plantes halophiles ou halophytes) ; elles ont la capacité à se développer dans un sol pauvre.

Pour être capables d’affronter les vents, elles ne poussent pas trop haut ! Elles sont souvent rampantes et forment fréquemment des touffes.

Certaines plantes de l’étage “adlittoral” choisissent de s’établir dans les rochers, pourtant, le vent assèche rapidement la pluie qui s’y écoule. Alors, leurs feuilles charnues gardent l’eau de pluie en réserve !

L’étage supralittoral se situe généralement au-dessus du niveau des plus hautes marées, reçoit les embruns ou les plus hautes vagues des tempêtes ; cette partie peut être submergée lors des pleines mers de vives eaux (Coefficient de  90 à 105).

La limite de cet “étage supralittoral” est marquée par les colonies de balanes.

Le balane est ce petit crustacé marin qui se colle aux rochers dans sa coquille. Pas seulement aux rochers d’ailleurs ! Car il colonise coques des bateaux et objets immergés… d’où l’emploi de peintures qui empêchent les jeunes balanes de s’y fixer (peintures anti-fouling).

balanes

La liste ci-dessus est incomplète car elle ne comporte que les plantes photographiées depuis avril  entre Toul Enez et Rulosquet.

Vous pouvez visionner et/ou télécharger les fiches de ces plantes en cliquant sur le lien ci-dessous :

 ➡      Petit herbier virtuel d’Enez Veur

Puis les lichens colorent les roches de taches brun, jaune orangé, vert pâle, gris ou noir.

Ils résistent bien aux embruns.

Ces mêmes roches abritent des plantes déjà rencontrées dans la partie haute du rivage.

Lichen

      (lire l’article de Vivarmor nature)

Forme des taches orangées sur les rochers (au-dessus de la limite formée par le “verrucaria “)

Ramaline des rochers

Dans la zone qui reçoit les embruns (au niveau de l’étage supralittoral)

Verrucaria

Bande noire qui recouvre les rochers  au niveau de la limite de la pleine mer de mortes eaux (il est parfois pris pour du goudron !)

 ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥