Archives de catégorie : Non classé

Histoires de lavoirs

A une époque où l’île-Grande ne disposait d’aucun lavoir, le pénible travail des lavandières  est évoqué dans une supplique adressée  dans le

Journal « LE LANNIONNAIS »  du 16 mars 1902

par Louis ENO, île-Grandais , Conseiller Municipal de Pleumeur-Bodou

à Monsieur Le TROADEC, Député Républicain (Cliquez sur le lien)

Cette demande n’a pas été entendue et l’île n’a jamais obtenu son “autonomie”.

Toutefois, les lavandières ont pu obtenir deux lavoirs :

  • celui proche de Pors a Bago qui a grandement changé leur quotidien puisque d’une pauvre mare (voir photo ci-dessus) elles ont pu travailler dans un lavoir couvert
  • celui de Run Losquet (proche du marais)

Retrouvez-les en cliquant sur le lien “Il était une fois des lavoirs…”

Il était une fois des lavoirs…

Les lavoirs de Pors a Bago et Run losquet

Le lavoir couvert devant Pors a Bago n’existe plus.

Cliquez sur la photo ci-dessous pour l’agrandir

Que de changements depuis l’époque de la photo :

  • la fontaine Saint Sauveur a été déplacée,
  • le chemin de terre est devenu la “rue de Molène
  • et le lavoir, celui qui se trouvait devant Pors a Bago a été comblé pour faire place à de la pelouse.

Aujourd’hui, il n’en reste qu’un, celui de Runlosquet

La table d’orientation devant Pors a Bago pourrait être le point de repère pour continuer le chemin en direction du marais.

Après avoir longé le côté jardin des maisons de la rue du Port, voici le lavoir  (Le sentier le sépare du marais). Il daterait de la fin du XIXème mais l’endroit pourrait avoir été utilisé antérieurement ; on dit aussi qu’il aurait servi à rouir le lin…

Deux sources alimentent en eau douce ses deux bassins accolés dont les dimensions, au total, sont de 7 m de longueur, 4 de large sur 50 cm de profondeur.

Un petit carré de pierres marque l’emplacement de l’une des sources au-dessus duquel s’élevait une petite fontaine jusque dans les années 65.

Mais la petite fontaine a été démontée pierre par pierre. Un voisin, intrigué par le bruit s’est rendu sur les lieux le lendemain et n’a pu que constater le vol. Il a décidé de mettre à l’abri la très belle auge en pierre que les voleurs n’ont pu emporter ; elle est heureusement restée île-grandaise.

Une seconde source coule dans l’encastrement du mur de pierres sèches.

 

Peu à peu la machine à laver a soulagé les maîtresses de maison.

Il y a une cinquantaine d’années, les lavandières ont abandonné ce lieu, somme toute convivial où se racontaient les joies, les peines et les potins.

Nombreux sont les île-grandais qui ont connu ce lavoir “en activité”.

Lors des grandes marées, l’eau de mer l’envahit, des résidus de végétation surnagent.

L’eau salée repart à marée descendante mais les déchets s’accumulent au niveau de l’évacuation qui assure mal sa fonction.

Puis l’eau douce des deux sources reprend peu à peu possession du lavoir.

Depuis environ 50 ans,  son entretien se fait de plus en plus irrégulièrement puisqu’il ne sert plus aux lavandières.

  • Vase et végétation l’envahissent.
  • Ses moellons de granit (du fond et des contours) sont par endroits disjoints.

Nettoyage du lavoir

Plusieurs membres d’une famille d’origine île-grandaise ont pris la décision, en août 2018, de nettoyer le lavoir afin de lui redonner son aspect d’antan.

Un quotidien régional a consacré un article à la généreuse équipe de bénévoles.

Pour lire cet article, cliquez sur le lien ci-dessous

“Un bain de jouvence pour le lavoir de Run Losquet”

 ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Hélène, interprète de la Gwerz

Les promeneurs du sentier des douaniers ont tous connu cette charmante dame  qui aimait bavarder, raconter, rire avec ceux qui passaient devant son jardin. Nous sommes nombreux à nous en souvenir !

Le journal “Le Trégor” lui a consacré un article paru le 26 février 2009.

Télécharger (PDF, 453KB)

Ce que nous ignorions, c’est qu’elle a laissé à son voisin un véritable trésor  une “Gwerz” qu’elle interprète avec son cœur, son émotion, son bel accent breton.

Écoutez l’histoire chantée de cette tragédie maritime survenue en 1844 entre Goulmedec et Morvil en cliquant ci-dessous

La Gwerz

 ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

 

Souvenirs de tempêtes

Ici, sur l’île, à chaque annonce de coup de vent, de tempête,

les uns s’empressent de vérifier les amarres de leur bateau,

les autres attendent impatiemment d’affronter les éléments en arpentant le sentier des douaniers pour admirer le fantastique spectacle de la mer déchaînée.

Si vous avez cliqué sur le diaporama, il vous faudra appuyer sur “Echap” pour en sortir.

 ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Monsieur Lavalette, passionné par l’île-Grande

Au cours de plus de cinquante étés passés à l’Ile Grande, je me suis passionné pour son histoire, ses légendes, sa toponymie.

Il y a quelques années j’ai rédigé un petit mémoire (32 pages) tel que j’aurais souhaité en disposer pour m’initier à tous ces aspects.  Son titre est “Toponymie et histoire de l’Ile Grande et de ses environs“.

Il me semble que, malgré ses imperfections inévitables, sa lecture pourrait être  une introduction utile  pour les nouveaux arrivants.

Je suis venu pour la première fois à l’Ile Grande à l’âge de 8 ans et j’en ai actuellement 73…

J’y passais mes vacances d’été sans discontinuer (en location chez des particuliers devenus des amis).

J’ai donc vu se dérouler l’évolution de l’Ile, de la mer, de la  population depuis 1952.  C’est incroyable comme certaines choses changent en un petite vie humaine…

Pensez que nous pêchions d’énormes tourteaux entre les rochers de la cale de Pors Gelen, du côté où se trouve maintenant la base nautique….

L’Ile Grande aura également été pour moi un élément déclenchant d’une passion d’amateur “éclairé”.

La découverte du dolmen des 4 Vents et celle de l’allée couverte de Prat ar Menhir entre Penvern et l’Île, ont suscité  chez l’enfant que j’étais, un intérêt très vif et soulevé bien des questions  dont, plus tard,  je n’ai pas trouvé la réponse chez les auteurs spécialisés, archéologues et préhistoriens.

Aussi ai-je pris mon bâton de pèlerin (en l’occurrence un compas de relèvement) et exploré pendant des années la plus grande part des mégalithes de Bretagne. Enfin, j’ai même étendu mes recherches à l’ensemble de la façade atlantique  du monde mégalithique : Écosse, Irlande, Allemagne du Nord….

Ces pérégrinations, outre leur énorme intérêt “touristique”, m’ont conduit à élaborer une étude qui a été publiée dans le journal de la Société Préhistorique Française il y a  bientôt 10 ans.”

D. LAVALETTE

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Les squelettes de l’île d’Aval

  • Pourquoi des squelettes ont été enterrés sur l’île d’Aval ?
  • D’où venaient ces êtres humains avec des chevaux ?
  • Qu’est-ce qui a bien pu se passer ?
  • Que sont devenus ces squelettes ?

L’extrait ci-dessous est tiré des BULLETINS DE LA
SOCIÉTÉ D’ANTHROPOLOGIE DE PARIS
(Masson Éditeur – Paris) – Bulletins publiés entre 1860 et 1899

SUR LES ANCIENNES SÉPULTURES DE L’ÎLE D’AVAL, PRÈS DE LANNION (CÔTES DU NORD)
Par M. René ROBERT
Dans une lettre adressée par M. René Robert, lieutenant de vaisseau, cet explorateur annonce à M. Polak qu’il était de passsage à Lannion (Côtes-du-Nord), il y a quelques semaines, ou plutôt près de Lannion, dans un village situé près du bord de mer et séparé par un simple chenal d’une île qu’on appelle l’île d’Aval.

Là, il a appris qu’on venait de fouiller, et qu’on disait avoir trouvé la tombe du roi Arthur. Dans ces sépultures, on trouva divers objets, des dents de cheval, quelques fragments de poteries que n’a pas pu voir M. Robert, et une trentaine de squelettes plus ou moins complets. Ces squelettes n’ont pu être retrouvés qu’en morceaux parce que les individus qui étaient chargés de la fouille avaient rejeté les squelettes, ne s’occupant qu’à chercher un trésor.

Dans le voisinage existe un petit tumulus qui n’a pas encore été ouvert, et qui est fait en pierres de peu de hauteur ; l’un à 80 centimètres, et l’autre 2m50. Il y a là des restes d’anciens monuments celtiques, et enfin, sur la surface du sol tout près de là, le curé du village en question a trouvé une hache polie en serpentine, et une autre arme dont M. Robert a fait un dessin exact. Il y a donc quelque possibilité que ces objets-là proviennent d’une époque très ancienne, de l’époque néolithique.

Le crâne qu’il a envoyé répond jusqu’à un certain point à cette indication : crâne de femme, dolichocéphale, dont la portion frontale est très étroite. Ce crâne a été déformé par le poids des terres, de sorte que le temporal droit se trouve abaissé. Ce crâne répond assez bien à l’idée qu’il provient d’une race néolithique. Les mâchoires inférieures sont au nombre de deux. Il y a bien trois fragments, mais ils ne forment que deux mâchoires. Les dents sont usées, transversalement, jusqu’au canal dentaire, quoique es sujets paraissent encore jeunes. Cette usure précoce s’observait fréquemment à l’époque de la pierre polie, avant qu’on eût connu la mouture. A l’époque où l’on n’avait que des instruments grossiers pour la mouture, le grain ne se réduisait pas en poudre facilement, de sorte qu’il fallait faire agir les dents, et par ce moyen elles s’usaient beaucoup plus vite.
M. Robert regrette de n’avoir pu envoyer qu’un seul crâne. Tous les autres crânes et ossements ont été réclamés par l’autorité ecclésiastique.
Source : Bibliothèque nationale de France, département Sciences et techniques, 8-T46-157

Extraits tirés des ouvrages numérisés de  la Bibliothèque Nationale de France

Page 102    et        Page 103

…La correspondance manuscrite comprend une lettre par laquelle Monsieur le Docteur LEDENTEC (de Lannion) annonce l’envoi d’un crâne trouvé dans les fouilles de l’île d’aval.         Page 140        

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

crâne dolichocéphale

exemple de crâne dolichocéphale

 

 

♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Ci-dessous, un extrait du livre “L’île Grande” d’Ernest LE BARZIC

Le 5 février 1878, au cours d’un défrichement opéré par le « colon » de l’île d’aval, celui-ci mit à jour trente squelettes d’hommes et, semble-t-il, autant de squelettes de chevaux.

Par la suite, certaines personnes (dont l’abbé France, historien de Kerduel) affirmèrent que les squelettes des hommes étaient couchés en cercle autour du menhir, près d’une croix de type très primitif et d’un dessus d’autel, lui aussi fort ancien, croix et dessus d’autel se trouvant dans le sol.

D’autres, dont le docteur Le Dantec, père du philosophe et biologiste, qui se rendit sur place avec son fils, les virent inhumés sur deux rangs. Elles constatèrent la présence du menhir (que chacun connaissait sous le nom de « Tombe du roi Arthur »), celle également de la croix et du dessus d’autel dégagés de la terre.

Le docteur Le Dantec eut l’impression que les corps humains avaient été étendus en deux fosses communes parallèles. Il n’y avait pas de débris d’armes parmi eux. Deux détails frappèrent ce témoin de marque :
• les crânes des hommes étaient dolichocéphales comme le sont généralement ceux des Nordiques d’une part,
• d’autre part, un suintement s’échappait encore du sabot des chevaux.
Au moment de cette découverte, l’on ne disposait pas des moyens actuels pour déterminer avec précision l’époque de l’inhumation collective des cadavres. L’on n’avait point les mêmes classements archéologiques qu’aujourd’hui. L’on doit donc se borner à des approximations.
Le drame qui coûta la vie à ces trente hommes et à leurs montures pouvait se situer entre les Vie ou VIIe siècles et les XIIe ou XIVe siècles. C’est bien vague.

L’imagination poétique aidant, l’on n’hésita pas à dire qu’il s’agissait du roi Arthur et de ses preux compagnons. L’on était frappé, et on le demeure, par ce fait que la mémoire populaire ne transmet pas le souvenir d’un combat sur terre, souvenir qui aurait subsisté, même rétréci, déformé, si ce combat avait eu lieu, par exemple, pendant la guerre de Succession de Bretagne *.

♥♥♥♥♥♥

Alors que nous cherchions, il y a une vingtaine d’années, à percer ce mystère nous avons recueilli d’un ancien cap-hornier, le capitaine Pincemin, une tradition bien menue, certes, mais qui apparaît apporter la lumière : ces morts de l’île d’Aval seraient les victimes d’un naufrage « du temps du Prince Noir », probablement des chevaliers anglais dont le bateau se serait fracassé sur des rochers proches. Donc un drame du milieu du XVe siècle. Une découverte d’objets –monnaies, débris d’armes- pourrait permettre, un jour, d’être plus affirmatif à ce sujet !
*Ou au Xe siècle, pendant la victorieuse campagne d’Alain Barbetorte contre les Normands. L’antique croix d’Aval rappelle celles de Toull-ar-C’houiled, en Plourivo et d’autres croix commémoratives de la lutte contre les Vikings, celles de Questembert et du Léon. Le nom de « Kroaz an Norman » à Plouzané, semble pourtant être la seule mention qui soit restée des combats du Xe siècle dans cette dernière région. Note d’Ernest Le Barzic

————————————————————————————-

Note sur ce lieu qui pourrait avoir été celui d’un combat :

A ce propos, Jean Jacques, un ami de Penvern, m’a posé la question suivante
• Sais-tu ce que signifie Landrellec ?
• Non…
• « rellec » ou « relecq » (comme dans Relecq-Ker-Huon) signifie « Relique ». Le nom de lieu « Landrellec » est composé de Lann (terre) et « rellec ».

Nous en sommes restés là… lieu de reliques ?

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥