Archives de catégorie : Art

Arlette DUVAL

L’imaginaire d’Arlette nous transporte dans un rêve coloré. Elle réinterprète avec talent les paysages île-Grandais.

Qu’elle figure des paysages ou des fleurs, elle révèle sa sensibilité à travers aquarelles ou acryliques (Cette dernière technique exprime sa singularité dans le choix des couleurs).

L’artiste, qui vit à l’île-Grande,  trouve autant l’inspiration sur l’île que dans toutes les régions du globe où elle voyage.

 ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

Jo Péron en Trégor

Jo2Jo Péron, ce Breton né en 1924 dans le petit village de Lanleya (commune de Plouigneau) a rencontré une lannionaise dont la sœur habitait l’île-Grande.
Dès leur mariage, ils passent toutes leurs vacances dans leur maison rue de Puiz ar Moal.

cliquez sur les images pour visionner les tableaux

La barque bleue (Toul Gwen)Toul Gwen en été​ (1984)

L’hiver à Toul Gwen (1985)Toul Gwen hiver

 

 Marée haute, marée basse, ses yeux bleus scrutent terre et mer et il se charge d’en restituer les ambiances, les mouvements des flots, la rigueur ou la douceur du climat…

Les aubergesL’auberge de Toul ar Staon (1986)

Le corbeau

Le corbeau dans la houle

La barque un soir d’hiver (1988)

barques soir d'hiver

La balise

La balise (1970)

 

En 1989, il s’inscrit aux journées artistiques « La Place aux Arts » organisé par l’Association des Amis de la Place du Centre. Cette année-là, désigné par le jury populaire, il remporte le concours ! Comme le veut la coutume, son tableau est offert à un des participants, désigné par tirage au sort : Ce lundi 31 juillet 1989, c’est à une pleumeuroise que sera remise la peinture « Le Pont de Penvern »

Télégramme 31.07.1989

article paru dans le Télégramme du 31.07.1989

 

Poème “L’île-Grande”

Poème de Louis LE LOËT

Combien j’aime ma petite îlevue aérienne2
Qui, vers le large s’élançant,
Loin de tous les bruits de la ville,
Baigne ses pieds dans l’océan.

 

IG ajoncs

 

Quand le printemps sur elle chante,
Et que partout poussent les fleurs,
Son sol sourit et nous enchante,
De ses mille et douces senteurs.

 

L’été, sous un ciel sans nuages,jeux de sable
On y peut barboter dans l’eau,
Et jouer sur ses blanches plages,
À construire ponts et châteaux.

 

Le corbeau

 

Parfois la mer devient méchante
Et, contre elle, en grondant, bondit,
Mais la nature prévoyante
La ceinture de dur granit.

 

Sous son beau manteau, que la landela lande
A tapissé de vert et or,
Qu’elle est belle mon île-Grande !
Elle est, pour moi, plus qu’un trésor.

 

 

ACCUEIL
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥