Allée couverte ou dolmen ?

Elle apparaît, superbe, dès l’entrée du champ.

Pour ne pas la confondre avec un dolmen, deux principaux indices sont à repérer.

1er indice

Deux belles tables de couverture reposent sur des pierres droites (orthostates).

Cette première constatation permet d’affirmer qu’il s’agit d’une allée couverte « courte » (par opposition à l’allée couverte « arc-boutée »)

2ème indice

C’est l’emplacement de son entrée qui permet au visiteur de vérifier si elle mérite bien le nom d’allée couverte !

Un rapide tour d’inspection permet de constater qu’il est impossible d’y pénétrer latéralement.

A son extrémité

une belle entrée

incite à la visite.

 

L’entrée se situe dans son axe.

Description d’une allée couverte, donnée par J. L’helgouach

“l’allée couverte est généralement divisée en deux parties d’inégale longueur par une dalle transversale séparant la chambre (cella) de l’anti-chambre (antecella).

L’antichambre ne peut être plus haute que la chambre.

L’entrée est toujours située dans l’axe du monument.

Comme tout dolmen, les parois latérales sont délimitées par des orthostates.

Selon la longueur totale de l’édifice, l’allée est recouverte de une à plusieurs tables horizontales (tables de couverture).

Les allées couvertes apparaissent comme une évolution des dolmens : elles sont en général plus récentes et appartiennent au Néolithique final (fin de l’âge de la pierre polie).

En 1880, Gaston de la Chénelière dénombre, dans la commune de Trébeurden «trois dolmens » dont deux sont en fait des allées couvertes.

Accueil du site

Sommaire du thème “allée couverte”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.